Le dernier empereur

Le 12 janvier 1988, les observateurs du box office retiennent leur souffle. L’objet de la fascination ? Le Dernier Empereur (The Last Emperor / L’ultimo imperatore, 1987). Signé Bernardo Bertolucci, ce biopic-fleuve du dernier empereur de Chine est une co-production franco-sino-italo-britannique.  La participation de la Chine retient l’attention :  c’est en effet la première fois depuis 1949 que les autorités chinoises participent à une oeuvre occidentale.

Dès le tournage, Bernardo Bertolucci a réalisé un fait d’arme : il est le premier à tourner au coeur de la Cité Interdite. A l’arrivée, le film sera couronné par 9 Oscars (dont ceux de Meilleur film et Meilleur réalisateur), et un César (Meilleur film étranger). Le Dernier Empereur compte alors parmi les plus grandes productions de l’histoire du cinéma (quelques 19 000 figurants et 9000 costumes !). C’est aussi un succès au box office : en janvier 1988, il est à l’affiche depuis 8 semaines à Paris, et il s’apprête à franchir le cap du million d’entrées.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :